SynSense et Prophesee veulent banaliser le traitement neuromorphique de la vision dans les objets connectés

Spécialiste des capteurs de vision inspirés de l’œil humain, le français Prophesee s’est engagé dans un partenariat avec la firme suisse SynSense afin de combiner le savoir-faire respectif des deux sociééts et de développer des solutions à ultrabasse consommation permettant d’instiller de l’intelligence dans les applications de vision dirigée par les événements. ...L’idée est d’associer sur une seule puce le processeur de traitement de réseaux de neurones à impulsions (SNN) Dynap-CNN de SynSense et les capteurs Metavision de Prophesee, puis de développer une gamme de modules peu onéreux qui pourront être produits en grand volume.

On rappellera que la technologie Metavision de la société française, inspirée du fonctionnement de la rétine de l’œil humain, ne s’appuie pas sur une acquisition d’images trame par trame comme dans les capteurs Cmos traditionnels. Dans l’approche de Prophesee, tous les pixels sont indépendants les uns des autres et fonctionnent de façon totalement asynchrone. Couplé à un petit processeur analogique, chaque pixel est alors capable d’optimiser son temps d’acquisition en fonction de la dynamique de la scène, avec la possibilité de récupérer de l’information uniquement s’il y a un changement dans l’image, et ce dans un laps de temps de l’ordre de la microseconde si cela s’avère nécessaire. En d’autres termes, les capteurs reposant sur cette technologie n’enregistrent que les changements intervenant dans une scène plutôt que la scène entière à intervalles réguliers.

La technologie de Prophesee a notamment été intégrée dans des imageurs Cmos de Sony conçus pour des applications industrielles et échantillonnés depuis quelques semaines.

L'approche développée par Prophesee, une fois intégrée dans une caméra Cmos, permet à cette dernière d’afficher des caractéristiques qui jusqu’ici n’avaient jamais pu être associées en même temps dans un seul produit : une vitesse d’acquisition très importante (équivalente ou supérieure à 10 000 images/s), une grande gamme dynamique (>120 dB), un fort taux de compression au niveau du capteur lui-même (10 à 1 000 fois moins de données brutes à traiter) et une faible consommation (de l’ordre du milliwatt au niveau du capteur).

De son côté, SynSense, société créée en 2017 et forte d’une longue expérience dans le calcul asynchrone, a développé une gamme de processeurs neuromorphiques pour applications de vision dirigée par les événements qui associent ultrafaible consommation et performances à faible latence.

Le partenariat engagé entre les deux entreprises couvre la conception, le développement, la fabrication et la commercialisation de solutions issues de la combinaison de leurs technologies neuromorphiques respectives dont des capteurs, des modules de traitement, du logiciel et des solutions complètes. Le tout sera commercialisé par SynSense pour répondre aux besoins des applications de détection et de commande gestuelle sur les marchés de la maison connectée et de l’Internet des objets.

« L'application des techniques neuromorphiques au domaine de la vision représente une opportunité de marché importante dans de nombreux secteurs différents, indique Ning Qiao, le CEO de SynSense. Un récent rapport de Yole Développement prévoit que le calcul et la détection neuromorphiques représenteront entre 15% et 20% du chiffre d’affaires total généré par les traitements de l’intelligence artificielle en 2035, ce qui équivaudra à un marché d'environ 20 milliards de dollars. »

Vous pouvez aussi suivre nos actualités sur la vitrine LinkedIN de L'Embarqué consacrée à l’intelligence artificielle dans l’embarqué : Embedded-IA